L’Album de la princesse

   L’Album de la princesse est une pièce de théâtre. Une belle pièce, et nouvelle, comme il s’en joue peu de nos jours où l’on préfère reprendre indéfiniment les classiques. Programmée par le Studio Hébertot, elle est actuellement au stade du montage financier. Une partie du budget est assuré ; il a été décidé qu’une autre partie devrait suivre une voie de mieux en mieux reconnue aujourd’hui, notamment par le cinéma : le mécénat participatif. Cette forme de mécénat rencontre un succès en progrès constant parce qu’elle engage le public tout entier – et pas seulement les entreprises mécènes – dans le processus de la création.

   Les lecteurs fidèles et les visiteurs occasionnels de « Papiers en ligne » seront peut-être curieux d’avoir un aperçu de ce futur spectacle. Nous avons sélectionné deux éléments de sa présentation, à lire ci-dessous. C’est la plate-forme Proarti, spécialisée dans le mécénat culturel, qui a accepté de se charger du processus d’information et de collecte. L’ensemble du projet figure sur son site, à découvrir en suivant le lien : https://www.proarti.fr/collect/project/lalbum-de-la-princesse/0

proarti_logo2014

Description du projet

La Compagnie Titan-Bérengère Dautun et France Univers, association fondée en 1971 pour promouvoir la culture française dans les domaines de l’édition, du multimédia et du spectacle. en partenariat avec le Studio Hébertot, lancent la production de l’Album de la princesse. Cette pièce retrace la vie galante et passionnée de Liane de Pougy (1869-1950), célèbre demi-mondaine des années 1900, qui acheva ses jours sous le nom de Sœur Anne-Marie de la Pénitence.

Michel Mourlet a écrit ce rôle pour Bérengère Dautun, qui l’interprétera face à Sylvia Roux, confrontation où la plus jeune va s’apercevoir de la difficulté de « comprendre l’autre ». Le spectacle est programmé dans un premier temps à Paris, au Studio Hébertot, pour 60 représentations, du 19/12/2019 au 29/3/2020, puis 3 semaines au Festival d’Avignon.

Le projet est porteur d’un enjeu important dans le contexte actuel : il illustre le combat d’une femme de caractère et de talent, née dans une famille aux revenus modestes, pour conquérir son indépendance, notamment financière, avec la seule arme dont elle disposait à la fin du XIXe siècle : mettre son corps aux enchères !

Dans l’histoire de l’émancipation féminine, nous ne voyons aujourd’hui que l’aspect militant. Or les « grandes courtisanes » y ont joué un rôle, ignoré ou passé sous silence par pudibonderie. Il s’agit ici d’éclairer ce rôle d’une lumière nouvelle en ressuscitant l’une d’elles, pour l’intégrer à notre patrimoine historique. Cette entreprise nous concerne tout autant que de protéger une espèce ou de restaurer un château ! Merci d’avance aux donateurs qui, par leur générosité intelligente, contribueront à réhabiliter Liane, grande pécheresse, grande amoureuse, grande méconnue !

Note d’intention complémentaire

Située entre 1944, dans les derniers mois de la deuxième guerre mondiale, et 1950, l’action de la pièce se nourrit de ce contexte et de l’évocation de la période antérieure : « Belle Époque », guerre de 14-18, « Années folles ». Fourmillant en arrière-plan d’écrivains et d’artistes assidûment fréquentés par Liane, l’Album de la princesse relève à la fois de la fresque historique et du journal intime, sans perdre de vue son objectif dramatique : l’intérêt réciproque et la confrontation entre deux personnages féminins, dont la plus jeune va s’apercevoir de la difficulté de « comprendre l’autre ».

L’autre, c’est Liane de Pougy, qui partagea avec ses amies ou rivales Émilienne d’Alençon, Caroline Otero (dite « la Belle Otero »), Cléo de Mérode, une condition enviée et méprisée par certains (et surtout certaines) : courtisane de luxe ; un métier qui connut son apogée sous le Second Empire et les débuts de la Troisième République…

Éprise des deux sexes, romancière à succès, couverte de bijoux, après avoir édifié (et habilement géré) sa fortune en ruinant d’illustres amants, cette enfant d’une famille pauvre épousa par amour le prince roumain de sang royal Georges Ghika et termina ce parcours peu banal comme religieuse, plus précisément : tertiaire dominicaine. Entre-temps, elle avait fréquenté Éric Satie, Sarah Bernhardt, Lucien et Sacha Guitry, Colette ; elle avait été l’amie, parfois l’inspiratrice, de Proust, Reynaldo Hahn, Cocteau, Max Jacob, Coco Chanel, Francis Poulenc et beaucoup d’autres…

Deux personnages, un seul décor : nous sommes pourtant à l’opposé d’un huis clos. L’auteur a voulu, ou plutôt rêvé, un spectacle aussi animé et ouvert que possible sur l’extérieur, grâce à divers moyens sonores et visuels : radio, téléphone, tourne-disque, projections qui peupleront la scène de personnages célèbres : ceux qui ont accompagné la vie de Liane de Pougy et marqué leur temps. Les photographies ˗ projetées sur le rideau-écran d’un lit à baldaquin ˗ expliquent le titre de la pièce. L’« album de la princesse », feuilleté de temps en temps par les deux protagonistes, est regardé simultanément par les spectateurs.

Créée en 2008 et animée par une très grande comédienne qui a fait l’essentiel de sa carrière à la Comédie-Française, la Compagnie Titan-Bérengère Dautun (les Cahiers de Malte Laurids Brigge, Je l’appelais Monsieur Cocteau, Compartiment fumeuse, le Choix de Gabrielle…) était toute désignée pour porter ce projet, dans la droite ligne des spectacles qu’elle a déjà consacrés à des femmes d’exception : Comtesse de Ségur née Rostopchine, Cantate pour Lou von Salomé.

A propos franceunivers

Depuis 1971, promotion de la culture française
Cet article, publié dans Théâtre, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s